Artisan Boulanger Marc Haller : 079/200.84.49                                                              Crée par



Accueil. Présentation. Valeurs/Origines. BUT. Cours. Manifestations. Photos. Media. Nutrition. St.Jacques De Compostelle. Liens. Contact/Vente.

Interview de Gladys Bigler



La suite


« De Compostelle aux Pains de son chemin » de Marc  Haller


Vous aimez ce qui est beau, ce qui est bon, et ce qui est sain ? Si en plus vous êtes gourmand, vous allez être comblé ! Même les allergiques peuvent se laisser tenter…


Il était une fois un jeune boulanger, propriétaire à 25 ans d’un commerce qu il allait rapidement rendre prospère. Travailleur, marié, père de famille, il vivait la vie de nombreux boulangers,et tout semblait aller bien. Et pourtant ! Au tournant de la quarantaine, c’est la crise, le ras-le-bol, l’heure des grandes remises en questions. Et un changement de vie radical.

Travail sur soi, développement personnel…la métamorphose a commencé.


Pains différents


Quelques années plus tard, on retrouve Marc Haller, autrefois << fantôme de son mal être>>, introverti et timide comme il se décrit lui-même, sur les marchés d’Yverdon-les-Bains rayonnant, chaleureux, passionné, il y propose des pains tout à fait différent de ceux qu’il vendait alors dans sa boulangerie.


A l’enseigne des Pains de mon Chemin, l’allusion est évidente. Depuis la lecture du

<< Pèlerin de Compostelle>> de Paulo Cohelo, Marc Haller découvre et alimente sa légende personnelle. En 2006, la décision est prise. << Ma priorité absolue à ce moment là était de partir à Compostelle. Je cherchais une nouvelle direction à mon existence et il n’y avait que ce départ qui pouvait m’apporter une réponse parce que je devais la trouver au fond de moi>>


Au programme : 3 mois, 2000 kilomètres


En marge du cheminement intérieur, il y a des clins d’œil évidents de l’extérieur. << Le troisième jour, j’ai acheté un pain bio que j’ai pu garder 6 jours dans mon sac.Cela a été comme un déclic. J’ai pris conscience que ce pain, même consommé en petite quantité, me nourrissait réellement, m’apportait vraiment quelque chose. C’est là que j’ai décidé de me renseigner plus, d’aller chercher le meilleur.

>> Sur le chemin, le meilleur se présente sous formes de belles rencontres. Fortes, authentiques. Dont une avec un Compagnon du Devoir boulanger, Vincent, qui devient un ami, sur le chemin de la vie. << On a décidé de se retrouver après le pèlerinage et de passer 15 jours ensemble, pour chercher et visiter les boulangeries traditionnelles.>>


Le levain, le réveil de la vie


Fin juillet, le chemin de Compostelle est terminé. Celui des Pains de mon Chemin à commencé…

<< J’avais envie de faire du pain au levain. IL y a de nombreux procédés pour cela. J’essayais, j’apprenais…>>

Cet apprentissage-là, ou plutôt cette gestation a duré 9 mois.


<< C’est le temps qu’il m’a fallu pour élaguer, pour aller au plus simple, pour exprimer ce que je sentais. Pour laisser le processus se faire, sans y mettre de la force. Et je me rend compte maintenant que toute la symbolique de la vie est dans ce processus !.

Farine, eau et levain… les ingrédients sont les mêmes et pourtant le pain de Marc a quelque chose de tout à fait particulier. A commencer par le fait que certaines personnes allergiques au gluten ou/et au blé le supportent ! Mieux l’apprécient et s’en régalent ! Où est la différence ?


<< Je laisse le temps au pain. Le processus demande 24 heures, plutôt que 3 ou 4 habituelles en procédé industriel ! Et puis, il y a le levain naturel, qui est le réveil de la vie : en fermentant, c’est la céréale elle même qui redonne à la céréale sous forme de pâte sa force pour la transformation. La particularité de ce levain naturel, c’est qu’il travaille beaucoup plus en douceur qu’une fermentation à la levure de bière. Cette dernière, plus puissante, fait lever la pâte trop vite. Elle laisse pas le temps à la céréale de mourir. Or , la céréale doit mourir à l’état de céréale pour renaître à l’état d’aliment>>


Tout s’explique ! C’est la lenteur du processus qui permet à la fois la transformation du gluten en une substance digeste et assimilable, et une renaissance sous forme d’aliment vivant qui offre de l’énergie, de la vitalité et du bien être !

Quand au goût d’un tel pain, préparé dans les règle de l’art et avec plaisir, qu’il soit au sésame, aux figues, aux dattes, aux noix, aux tomates séchées… je vous laisse imaginer !

Sa préparation, elle est simple, mais demande un peu de temps.


<< Cela  peut sembler long en temps, parce qu’on veut tous aller trop vite, on veut tout, tout de suite immédiatement… En réalité, la préparation de ce pain et surtout de ce levain demande 4 jours au départ. Ensuite, il suffit de le nourrir, de véritablement lui donner à manger régulièrement.>>


Vous aimeriez en savoir plus ? Cela aussi, c’est très simple ! Marc Haller propose le Pain de son Chemin deux fois par semaine sur les marchés d’Yverdon-les-Bains, ou alors directement au four, à l’Abergement les lundis et vendredi dès 14 heures. Et si  vous avez franchement envie de mettre la main à la pâte, il anime régulièrement des ateliers d’un après-midi au cours desquels il partage son savoir faire et … son levain ! La bonne humeur et le sourire de celui qui a retrouvé sa légende personnelle en plus, évidemment !

        Véronique Desarzens


Article publié dans alternative bien être de juillet 2008

« Les pains de mon chemin »  de Marc Haller

 

Belle enseigne, pour un pain qui prend son temps!

Vous la découvrirez en déambulant sur le marché d' Yverdon-les-Bains  le mardi et samedi et  directement au four communal de L’Abergement.  Le lundi et vendredi dès 14h.

Ce pain est le fruit d'un cheminement.


Itinéraire


Marc Haller avait le choix entre mécanicien, jardinier et boulanger; dès 14 ans, c'est la boulangerie qui l'attire. Apprentissage réussi, marié à 25 ans, il reçoit la confiance de ses pairs et des prêts lui permettent d'acquérir un commerce. 10 ans plus tard, il est secondé par 4 ouvriers, la boulangerie de Morrens tourne bien, 30 livraisons par jour, 12 à 13 heures de travail, heures irrégulières et pas de vie sociale.


L'ascension fulgurante devient descente aux enfers: c'est le rejet. Pendant 5 ans, il détricote sa vie: vente de l'entreprise, divorce, le film de sa prime jeunesse prend un relief tout particu­lier qu'il apprivoise petit à petit. Il décide à prendre le large sur les chemins de Compostelle.


Exigence du corps, rythmes, paysages, rencontres. Mais le pain n'a pas dit son dernier mot: une demi-livre de pain au levain le nourrit aisément pendant 6 jours puis c'est la rencontre décisive de Vincent, boulanger, compagnon du devoir.


Ils chemi­neront 20 jours à la recherche de boulange­ries fabriquant du pain au levain. De retour en Suisse, pendant 9 mois, il expérimentera la cuisson au levain naturel dans le four à

pizzas familial. Ses recherches se terminent en apothéose par une belle vente de 2000 fr.

son premier marché. Processus de fabrication


«Mon levain personnel, c'est mon pain, c'est la vie»

résume Marc Haller. Il a découvert le lent processus de fabrication qui optimise la valeur nutritive du pain et l'assimilation. Il a choisi une production et une distribution régionales, des produits biologiques de haute qualité et, bien­tôt peut-être, la farine moulue sur une meule traditionnelle en pierre. Alchimiste, Marc Haller apprivoise la terre (le grain), l'eau, l'air et le feu (chaleur 22°-24°):


«Ces 4 éléments, aux quels on rajoute le sel, se rencontrent et s'harmonisent (5 à 6 heures); le gluten et l'amidon tissent des liens, une struc­ture qui permet d'étirer la pâte comme du papier de soie sans pétrissage.


L'ajout de 10 g de levain naturel au kilo de pain amorce la lente dégrada­tion de la cellule, une petite mort qui conduira à la renaissance: un aliment réellement digeste, rapidement assimilable. Repli de la pâte le matin pour réoxygéner, évacuer les gaz carboniques, encore 2 heures de repos avant le façonnage en panier d'osier. Enfin, une fois la pâte levée, l'ac­tion du feu à bonne température nourri au bois, participe à la cristallisation du pain.»


24 heures se sont écoulées, le temps nécessaire pour que s'accomplisse la transformation

des éléments !

Un événement gustatif qui régénérera nos cellules. On peut le savourer de 12 manières: nature, 4 céréales, à l'épeautre, à l'ail des ours, aux noix, olives, figues, fruits...

                                                                                                                                  

Anne Quillet Razali

Portrait de Marc Haller dans Terre & Nature  Marc Haller rallume le feu dans Agriculteur

Miam Miam  l’émission de

La 1ère sur la RSR


Avec Daniel Fazan et Jean-Charles Simon


Le 08 Janvier 2011

Visionner le films Les blés d’or

Des sandwiches avec du pains au levain. Dans le magazine Fémina. Le 15 Mai 2011

Les pains de mon chemin. Dans le journal de Sainte-Croix. Le 23 Février 2011

Les pains à l’honneur. Dans le journal de Sainte-Croix. Le 10 Juin 2011

De la Terre au pain


  un film de Jean Pastor et Marc Haller

Film en dvd

présentation

dans le cadre de la semaine du goût 2012

ville principale Lausanne

Elodie en Romandie l’émission


Avec Elodie et Jonas


Le 30 Avril 2012

Cave de Bonvillars, le 09 Juin 2007

Droits Canal NV

Images multividéo Yverdon

Vous pouvez regardé les articles sur le levain naturel.

Nutrition

Plus jamais chef ! Durant des années, ils ont été à la tête d’une équipe ou d’une entreprise. Décembre 2013

Articles apparu dans les journaux sur L es Pains de mon chemin

Daniel, le boulanger qui réinventa son métier pour se libérer !

Regardez ces photos de la collection de blés 2015 chez Cédric et Christine Chezeaux à Juriens


Photo1                                         Photo2

L’agriculture libérée de Cédric Chezeaux Film qui sera projeté au Mariposa Festival. Le 21 Septembre 2016

Copyright TSR DloceVita

La semaine du 31 Août au 4 Septembre 2009

Foire aux senteurs et saveurs à Orbe,

le 15 Mai 2011

10 mars 2012 à la RTS  1 Emission: Faut pas croire

Reportage: Au rythme du pain


Réalisatrice: Murielle Landry

Cameraman: Jon Björgvinsson

Preneur de son: Patrick Blache

3 mars 2013 à la télé de Lilou

Emission: La télé de Lilou

Reportage: Période d'essai, Recherche   personnel et Renaissance - Marc Haller, Suisse


Reporter: Lilou Macé

Passe moi les jumelles, le 28 août 2015

Reportage : Un autre pain est possible  

Bernard Ronot s'est engagé pour la force de vie des semences anciennes en fondant l'association Graines de Noé.


Agriculteur de 83 ans, il raconte la Révolution Verte de l'agriculture d'après-guerre, utilisatrice d'intrants chimiques, dans laquelle il s'est engagé à 100%.

RTS / Archive:

L’amour du pain en 1972

RSR La 1er

Emission: Les audacieux

Reporter: Florence Farion

Passe moi les jumelles, le 24 mars 2010

Reportage : le petit monde de Tante Emma


Rencontre de tante Emma